Patrick Bruel accusé de harcèlement sexuel : un nouveau témoignage accable le chanteur

Après avoir été accusé par cinq femmes de harcèlement sexuel, Patrick Bruel est dans la tourmente. Une nouvelle masseuse a décidé de témoigner contre l'artiste, toujours présumé innocent, selon nos confrères du Parisien. La jeune femme, âgée d'une trentaine d'années, révèle avoir subi des gestes déplacés de l'artiste, déjà visé par deux plaintes pour "exhibition sexuelle". A son tour, elle a décidé de saisir la justice en voyant les nombreux témoignages. "Lorsque l'affaire est sortie dans la presse, une amie au courant de mon histoire m'a envoyé un article. J'ai découvert que tout était similaire à ce que j'avais subi." Trop fragile pour s'exprimer à l'époque, elle se "sent désormais assez solide pour tout dire. Pour moi, mais aussi pour cette jeune fille qui a eu le courage de dénoncer les faits, pour lui montrer qu'elle n'est pas seule."

>>> Exhibition sexuelle présumée: Patrick Bruel soutenu par un célèbre animateur de France 2

Les faits remonteraient à 2011. Et le récit de la masseuse, qui travaillait à l'époque dans un institut de soins à Saint-Barthélemy, est similaire aux propos des autres accusatrices. "J'avoue que je suis un peu déstabilisée au départ, je suis impressionnée. Il s'installe sur le ventre, mais refuse que je lui couvre les fesses. Puis il se retourne, et refuse encore une fois la serviette…", a-t-elle confié à nos confrères. L'artiste aurait ensuite demandé à être massé sur les cuisses : "Il a ensuite pris mes mains pour les diriger vers son sexe avant de me dire de lui faire des bisous... Je dis stop, il insiste, et j'écourte le massage."

Après avoir gardé le silence pendant plusieurs années, elle a décidé de se battre pour faire entendre sa vérité. Si dans son cas les faits sont prescrits, elle réclame que justice soit faite comme le confie son avocat Me Yassine Bouzrou au Parisien. "Les faits graves dénoncés par ma cliente nécessitent que des investigations complémentaires soient menées le plus rapidement possible malgré la prescription des faits."

(...) Cliquez ici pour voir la suite