Patrick Cohen : sa chronique explosive sur les fautifs de la 2e vague fait le buzz

·2 min de lecture

"Les contaminations ne résultent que de nos comportements individuels", a balancé Patrick Cohen dans C à vous mardi 27 octobre 2020 sur France 5, bien décidé à faire la guerre aux inconscients. En effet, comme à chaque début d'émission, Anne-Elisabeth Lemoine donne la parole à l'ancien matinalier de France Inter pour dépeindre l'actualité dans son édito. Si Patrick Cohen a parfois l'humeur taquine et le sourire aux lèvres, cette fois-ci, il n'en est rien. Le journaliste a tenté de répondre à un question qui taraude tous les Français : si la France plonge dans un second confinement... à qui la faute ? À l'aide de vidéos filmées durant l'été, d'extraits de prises de parole par des médecins, anonymes ou encore des politiques, Patrick Cohen a dressé une liste retentissante de ceux qui, selon lui, auraient pu atténuer l'état sanitaire actuel. Sur les réseaux sociaux, cette séquence n'a pas manqué de faire réagir.

L'air grave, Patrick Cohen a débuté son réquisitoire par cette phrase : "Emmanuel Macron avait promis dès la mi-avril, le retour des jours heureux, et une poignée de charlatans peuple les plateaux télé depuis deux mois pour répéter qu'il n'y a plus de risque ni de malades", a-t-il balancé. Et ce n'est que le début. En affirmant tout de même que le gouvernement aurait dû "anticiper la deuxième vague, mettre des moyens à l'hôpital, ouvrir des lits, recruter du personnel ou délivrer des masques", ce dernier a estimé que la faute était bel et bien partagée. "Ces débats occultent l’essentiel à mes yeux : les contaminations ne résultent que de nos comportements individuels et collectifs. Le virus ne circule que parce que notre vie sociale le fait circuler, d’apéros en réunion de famille, parce que, en confiance, on a baissé le masque, cédé à une embrassade ou oublié de se laver les mains", a balancé Patrick Cohen, d'un ton révolté.

De plus, le journaliste de France 5 a fait le bilan d'un gouvernement qui aurait "échoué" dans sa mission principale : écarter les personnes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite