Patrick Poivre d’Arvor accusé de viols : la raison pour laquelle les nouvelles accusatrices n’ont pas porté plainte

·1 min de lecture

Les témoignages d’agressions sexuelles de la part de Patrick Poivre d’Arvor s’accumulent. Le 19 février dernier, l'autrice Florence Porcel affirmait la première que Patrick Poivre d'Arvor avait abusée d'elle sexuellement en 2004. Les langues se sont alors déliées, et deux premières femmes sortaient du silence en désignant le journaliste télé de "prédateur sexuel". Finalement, l'ancien présentateur star du JT de TF1 est allé démentir les accusations qui pèsent sur lui sur le plateau de Quotidien (TMC). Lundi 15 mars, c’est dans les colonnes de Le Monde que l’on a pu découvrir huit nouveaux témoignages de victimes présumées. Parmi ceux-ci, l’une d’elles a témoigné sous son véritable nom : la journaliste Hélène Devynck, ex-compagne de l'écrivain Emmanuel Carrère.

Le journaliste télé et Hélène Devynck ont travaillé ensemble au début des années 90. Elle était alors jeune et n’arrive toujours pas aujourd’hui à expliquer cette emprise qu’il avait : "C’était impensable de ne pas passer à la casserole, mais tout autant impossible de le dire", explique-t-elle. Elle décrit cela comme un "petit coup vite fait mal fait" : "J’ai serré les dents, et étouffé mes larmes. C’était vraiment humiliant. Je n’avais pas le choix, sinon je ne travaillais plus", assure-t-elle. Par la suite, elle s’est tout de même éloignée du journaliste. Pourtant, parmi les huit nouveaux témoignages, aucune femme n’a porté plainte : Cécile Ollivier, cheffe adjointe du service police justice de BFMTV, a expliqué pourquoi. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite