Patrick Poivre d’Arvor : ce jour où Béatrice Dalle l’a épinglé à propos de ses courriers déplacés

·2 min de lecture

Il a été la figure emblématique du journal télévisé de 20 Heures de TF1 pendant près de deux décennies. Mais aujourd’hui, Patrick Poivre d’Arvor ne raconte plus l’actualité aux Français... il en fait l’objet. Jeudi 18 février 2021, l’on apprenait dans les colonnes du Parisien que le célèbre journaliste est visé par une enquête pour viols, suite à une plainte déposée par l’écrivaine Florence Porcel. Celui que l’on surnomme PPDA a réagi à ces accusations dans la foulée, saisissant la justice à son tour pour “dénonciation calomnieuse”. Mais l’exposition au grand jour de cette affaire offre aujourd’hui un regard nouveau sur certains comportements du présentateur par le passé. Et notamment au sujet des révélations faites par l’actrice Béatrice Dalle, en direct à la télévision, il y a presque trente ans…

Le 12 mars 1992, en pleine promotion pour le film La Belle Histoire de Claude Lelouch, Béatrice Dalle est invitée sur le plateau du JT de TF1. La veille, elle venait d’être condamnée à six mois de prison avec sursis et 20.000 francs d’amende (environ 3.000 euros) pour un vol de bijoux dans une joaillerie parisienne. Un sujet que la star de 37°2 le matin n’avait visiblement pas l’intention d’aborder. Alors son interlocuteur s’en est chargé à sa place… “Est-ce que vous regrettez d’avoir volé des bijoux ?”, l’avait interrogé Patrick Poivre d’Arvor, comme le rapporte Slate. Il n’en fallait pas plus pour que la sulfureuse comédienne ne sorte de ses gonds : “Et vous, est-ce que vous regrettez certaines lettres que vous m’avez envoyées ? Et dont je ne vous aurais jamais parlé si vous ne m’aviez pas posé cette question, alors que l’on vous avait demandé avant de vous taire ?”, l’avait-elle sèchement recadré en direct devant les caméras. Et d’ajouter : “Vous n’avez pas de parole.” Véritablement révoltée, Béatrice Dalle avait fini par accuser le journaliste de “vouloir foutre la merde et faire de la provocation gratuite”. Patrick Poivre d’Arvor ne s’attendait certainement pas à ce que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite