Patrick Poivre d'Arvor ne décolère pas : son coup de gueule contre TF1

·2 min de lecture

"J'ai complètement disparu de la circulation", a balancé Patrick Poivre d'Arvor, le regard encore amer. Invité dans l'émission Les Enfants de la télé sur France 2 dimanche 25 octobre 2020, l'ancien compagnon de Claire Chazal a profité d'une question de Laurent Ruquier pour balancer à nouveau sur son ancien patron. Et pour cause, il y a douze ans, celui que l'on surnomme PPDA était brutalement écarté des studios de TF1 et faisait ses adieux au journal télévisé de 20h. "Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser", déclarait-il le 10 juillet 2008 à ses milliers de téléspectateurs devant leur petit écran. Cependant, il semblerait que la pilule soit difficile à avaler. Interrogé au sujet d'une potentielle participation à Danse avec les stars, Patrick Poivre d'Arvor n'a laissé aucune place au doute. Et visiblement, le journaliste de 73 ans n'apprécie pas beaucoup que l'on évoque TF1 en sa présence...

Pour Patrick Poivre d'Arvor, pas question de participer au célèbre concours de danse et ce, pour deux raisons évidentes : "Un, je leur aurais dit non et puis deux, surtout, jamais ils ne m'ont appelé depuis douze ans, donc je ne vois pas pourquoi ils m'appelleraient pour me parler de Danse avec les stars", a-t-il déclaré, laissant Laurent Ruquier et l'invitée Appoline de Malherbe pantois. "Ils n'ont jamais parlé de l'un de mes livres, de l'un de mes spectacles...", a-t-il ajouté, exaspéré face à un tel constat. Le présentateur de l'émission, surpris, qualifie même la situation de "boycott total". Ce à quoi PPDA a répondu : "J'ai complètement disparu de la circulation." Une situation difficile que l'ancien présentateur du JT de 20h avait déjà évoquée quelques semaines plus tôt...

Invité sur le plateau de C à vous sur France 5 le 15 septembre dernier, Patrick Poivre D'Arvor avait commenté le départ de Jean-Pierre Pernaut qu'il avait jugé plus "glorieux" que son éviction brutale : "Dans un SMS, je lui ai dit : Bienvenue dans la vraie vie... Il a eu affaire à une direction plus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite