• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Patrick Sébastien se confie sur la mort et ses dernières volontés : "Je n’en ai plus peur"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Patrick Sébastien vit sa vie pleinement, avec ses hauts et ses bas. Si les Français sont habitués à le voir sourire, chanter et danser sur les plateaux de télévisions, le présentateur a pourtant vécu des moments particulièrement douloureux. Le 15 juillet 1990, Patrick Sébastien apprend le décès de Sébastien Boutot, son fils aîné, alors âgé de 19 ans. Un drame qui l'a changé à tout jamais. "Je suis en survie de toute façon. Je suis mort avec lui", a-t-il déclaré le dimanche 26 septembre 2021 dans l'émission Sept à huit.

"Mon nez rouge, c'est le plus merveilleux des mercurochromes pour ces plaies-là", a-t-il déclaré, avant de poursuivre : "Le fait d'être parti dans la légèreté, dans les chansons légères, l'émerveillement, le cabaret, c'est ma thérapie". Un quotidien qui passionne Patrick Sébastien. Ce, à tel point qu'il assure qu'il pourrait mourir si ce dernier prenait fin. "Je pense que si demain je n'ai plus d'activité, c'est mon corps qui va s'arrêter", a-t-il affirmé.

Désormais, Patrick Sébastien certifie que la mort ne l'impressionne pas. "Je n'en ai plus peur. La mort, c'est une délivrance (...) Mon enterrement ça va être une grosse fête". Et l'homme de 67 ans tient à ce que ses proches l'accompagnent dans sa volonté. "J'ai demandé, par testament, à ce qu'il y ait des guirlandes sur mon cercueil, qu'il y ait des clowns", a-t-il révélé face à Audrey Crespo-Mara.

Une vision qu'il partage avec de nombreux fans, comme révélé par la journaliste : "Ça peut paraître improbable, mais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles