Le patron du cinéma français mis en examen pour agression sexuelle et tentative de viol sur son filleul

·2 min de lecture

Depuis l’affaire Olivier Duhamel, les têtes tombent dans les hautes sphères de la vie politique et médiatique. Le livre de Camille Kouchner, La familia grande – dans lequel elle accuse son beau-père d’inceste – semble avoir provoqué une vague de témoignages sur les violences sexuelles. Et notamment au sein de la famille. Après l’acteur Richard Berry, une nouvelle personnalité du cinéma se retrouve visée par une enquête. Accusé par son filleul (avec qui il n’a aucun lien de sang), Dominique Boutonnat a été mis en examen pour agression sexuelle et tentative de viol, jeudi 11 février 2021.

Selon les informations dévoilées par BFMTV, le président du Centre national du cinéma (CNC) avait été placé en garde à vue la veille, puis déféré devant un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Nanterre. Le producteur – à qui l’on doit notamment les films Intouchables, Polisse ou encore L’Arnacœur – a également été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contact avec la victime et de se rendre au domicile des parents de la victime.

Le filleul de Dominique Boutonnat dénonce un fait unique survenu en août 2020, pendant des vacances en Grèce. Le jeune homme de 22 ans, dont l’identité n’a pas été révélée, a déposé plainte le 7 octobre dernier. A la même époque, un an après les accusations de l’actrice Adèle Haenel à l’encontre du réalisateur Christophe Ruggia, le président du CNC annonçait le lancement d’une formation à destination des professionnels du secteur pour prévenir les violences sexuelles. Une initiative rapidement critiquée, car elle ne prévoyait pas d’inclure les réalisateurs.

Aujourd’hui, comme l’a confié son avocat Me Emmanuel Marsigny à France Info, Dominique Boutonnat “conteste fermement les faits d’agression sexuelle et de tentative de viol”. Le producteur de 51 ans serait par ailleurs “totalement serein sur l’évolution de la procédure”.

A lire aussi : Violences sexuelles, inceste : comment en parler à nos enfants (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite