Pause Simone : Peut-on être féministe et "copine au foyer" ?

Simone

Elles se réveillent, enfilent une robe de soirée avant même d’ouvrir les rideaux de leur chambre, boivent un jus détox, préparent le petit-déjeuner de leur mec, font le lit, filent dans la salle de bain pour réaliser leur routine beauté avant leur première séance de sport, boivent un autre jus, passent au ménage, refont un peu de sport, reboivent un peu de jus, écrivent quelques mots dans leur journal intime - prennent soin de filmer et d’éditer tout ça - quand tadaaa ! leur mec est de retour pour dîner et baiser.

Elles, ce sont les “stay at home girlfriends“ (ou “copines au foyer“ en français), des femmes âgées de 20 à 25 ans, blanches et minces, qui ne sont pas mariées et n’ont pas d’enfants mais revendiquent le fait de vivre au crochet de leur petit ami et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour satisfaire ses besoins. Hein ? Quoi ?! What the fucking fuck ? Je sais, ça m’a fait pareil quand j’ai découvert le phénomène en septembre dernier sur le réseau social TikTok. Et à l’heure où j’écris cette newsletter, le hashtag #stayathomegirlfriend comptabilise 141,3 millions de vues… c’est dire si le sujet fascine. Bien sûr, cette tonne de vidéos contient un bon lot de contenus parodiques et satiriques mais il y en a quand même un paquet qui sont tout à fait premier degré. Personnellement, ça me fait aussi peur qu’un épisode de La Servante écarlate.

En tant que féministe, je souhaite que toutes les femmes soient libres de choisir la vie qu’elles veulent mener. Ma phrase devrait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite