Bien-être : votre peau vous parle, apprenez à l'écouter

L’épiderme et le cerveau sont intimement connectés. De quelle manière le mental affecte-t-il le teint, et vice versa ? Décryptage en six questions.

Vous vous sentez parfois « à fleur de peau », « mal dans votre peau »? ? Ce n’est pas un hasard si l’on utilise ces expressions : l’épiderme et le cerveau entretiennent une relation très intime... et ça n’a rien d’ésotérique. Lors des trois premiers mois de la vie intra-utérine, la peau et le système nerveux ne font qu’un, formant ce qu’on appelle l’« ectoderme ». De cette origine commune demeure une communication constante, qui passe par l’influx nerveux et les neuromédiateurs. Équipée de terminaisons nerveuses (mais pas de neurones), la peau transmet des informations au cerveau, notamment des données sensorielles. Et cela fonctionne aussi dans l’autre sens, le cerveau transmettant des messages à la peau via des substances chimiques, qui influencent son immunité, sa réparation, la production de sébum... Le cerveau module aussi la cicatrisation et l’inflammation. C’est ainsi que, lorsque le mental va mal, lorsque les émotions nous submergent, les messages venant du cerveau peuvent malmener la peau. « Négliger l’importance du psychisme dans la vie somatique, en particulier au niveau cutané, est absurde… Et dire que tout est psychologique, est absurde aussi » le Pr Laurent Misery, chef du service de dermatologie du CHU et directeur du laboratoire de neurosciences de Brest, auteur de l’ouvrage passionnant « Votre peau a des choses à vous dire » (éd. Larousse). Comme souvent dans la vie, rien n’est ni tout noir ni...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles