Pensées suicidaires : cinq questions à une psychiatre

·2 min de lecture

En dévoilant son nouveau titre « L’enfer » en direct sur le plateau de TF1, Stromae a soulevé des questions autour des pensées suicidaires. Pour y voir plus clair sur ce sujet sensible, on a posé cinq questions à Astrid Chevance, médecin psychiatre, spécialiste de la dépression et cheffe de clinique en santé publique.

ELLE. Comment peut-on définir ce que recouvre le terme « pensées suicidaires » ? 

Astrid Chevance - Les pensées suicidaires c’est l’idée de vouloir en finir avec la vie, qu’il s’agisse d’une pensée active ou passive. Autrement dit, on peut penser « il vaudrait mieux que tout s’arrête », c’est la pensée passive, ou avoir une idée très précise « je veux mourir de telle façon ». Certaines personnes sont effrayées par cette idée, pour d'autres, il s’agit d’une consolation – la volonté d’échapper à la souffrance, à une situation dans laquelle on se sent pris au piège, est centrale – et dans ces cas-là, la mort est vue comme la seule solution possible. Mais ce qui est important c'est qu'on considère que la pensée passive est déjà une pensée suicidaire. 

On parle de pensée suicidaire quand l’idée de mettre fin à sa vie est soit intrusive soit réconfortante, si la personne se sent envahie et que cette idée lui cause beaucoup de souffrance ou beaucoup de réconfort, si elle se structure autour de cette idée alors cela répond d’une souffrance psychique et il faut alors consulter un médecin généraliste, un psychiatre ou les urgences pour détecter s’il y a une maladie sous-jacente et aider la personne. 

Lire aussi >> Santé mentale : et s’il était temps de rembourser les psychothérapies ?

ELLE. À quel point les pensées suicidaires sont-elles répandues dans la population ? La crise sanitaire a-t-elle accentué...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles