Pensées suicidaires, TCA… Louane se confie sur sa santé mentale : "Tu te fais du mal et tu ne veux plus vivre"

Toni Anne Barson / Getty Images

Une mise à nu loin des projecteurs. En 2013, les téléspectateurs de TF1 découvrent Louane, une jeune chanteuse âgée de 16 ans dans le télé-crochet The Voice. Le début d'un succès fulgurant pour elle, qui décroche par la suite le rôle principal dans le film La Famille Bélier, pour lequel elle a reçu le César du meilleur espoir féminin, avant de sortir son premier album, Chambre 12, en 2015. Cependant, si cette épopée ressemble à un conte de fées, dans l'intimité, Louane, née Anne Peichert, traverse des moments difficiles, entre la mort de ses deux parents à un an d'intervalle, ainsi que des problèmes de santé mentale qu'elle révèle dans une vidéo intime et bouleversante, publiée par le média Origines.

Dans une lettre ouverte, Louane s'adresse à l'enfant et l'adolescente qu'elle était, de ses 8 ans à ses 19 ans. "Je crois que, du plus loin que je m'en souvienne, tu ne t'es jamais sentie vraiment bien dans ta peau. Tu ne t'es jamais sentie acceptée, et même quand les gens te regardaient avec des yeux brillants, tu n'as jamais réussi à en ressentir la valeur", confie-t-elle en préambule. Les souffrances commencent à l'âge de 8 ans pour la chanteuse, qui entend alors régulièrement qu'elle "ne rentre pas dans le moule". Atteinte de TDAH (trouble déficit de l'attention/hyperactivité), elle est alors victime de validisme, un système d'oppression sociale que subissent les personnes handicapées, ainsi que de la méchanceté de ses camarades de classe.

Faisant un parallèle avec la musique, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Anxiété : voici les 3 périodes les plus stressantes dans la vie des femmes, selon une étude
Tout savoir sur le “bruit rose”, la nouvelle tendance pour mieux dormir
En 2023, on laisse tomber les bonnes résolutions (et on vous explique pourquoi)
Qu'est-ce que "l'anxiété du Nouvel An" et comment y faire face ?
L'orthosomnie, ou quand la quête du sommeil parfait vire à l'obsession