Permaculture facile : nos 10 conseils pour s’y mettre

1/ Observer son jardin

Le mot permaculture vient de la contraction entre « permanent » et « agriculture ». C’est une façon de cultiver son jardin tout en préservant au maximum l’écosystème naturel. L’important est de trouver pour chaque plante la bonne place, elles seront ainsi plus robustes. Idéalement, les légumes aiment pousser au soleil et à l’abri des courants d’air. Placez votre potager dans une partie plane de votre terrain… là où vous aimez vous prélasser !

2/ Bien choisir ses légumes

Votre sol est caillouteux ? Les carottes y seront décevantes. Plantez plutôt des aromatiques du soleil : thym, origan, romarin... Votre sol est lourd, argileux ? Il a des atouts pour plaire aux choux, mâches et épinards. En sol pauvre, essayez les pois, haricots et fèves. Et tenez compte du climat. Au nord de la Loire, attendez la mi-mai pour planter les légumes frileux : tomates, courgettes, aubergines, potirons… Le maître mot : cultiver les espèces les mieux adaptées au meilleur moment.

À FAIRE : connaître votre terrePrenez une poignée de terre et essayez d’en faire une boule. Vous n’y parvenez pas ? Votre terre est plutôt sableuse. En jetant la boule sur une surface dure, elle y reste collée ? Votre terre est plutôt argileuse et lourde. Elle se brise ? Vous avez une bonne terre de jardin. Si elle est de couleur foncée, il y a de fortes chances qu’elle soit riche.3/ Stimuler le sol

En permaculture, l’accent est mis sur le sol. Sa qualité est due essentiellement aux êtres vivants qui y prospèrent. Protégez-les. Les vers de terre fragmentent débris végétaux et autres ; les champignons décomposeurs terminent le travail en les réduisant en humus, noir et fin. Les bactéries et autres micro-organismes en extraient les nutriments pour les rendre assimilables par les plantes.

À FAIRE : la culture en lasagne Cultivez vos légumes en plates-bandes surélevées de 1,20 m de large maximum (et aussi longs que vous le souhaitez), dans un sol qui s’auto-entretient, c'est-à-dire qui n'est ni travaillé

(...) Cliquez ici pour voir la suite