Personnalité toxique : comment survivre à un manipulateur ?

"Tant pis pour l’amour, ou comment j’ai survécu à un manipulateur", c’est le titre de la bande dessinée de Sophie Lambda, parue le 25 septembre dernier aux Éditions Delcourt. Un titre qui ne laisse pas place au doute. Le temps de 300 pages, Sophie Lambda nous dépeint un morceau de sa vie – et quel morceau ! – : sa relation toxique avec un manipulateur. Le tout, sur fond d’humour, d’intelligence et de pédagogie. Son but : éveiller les consciences et aider toutes les personnes ayant vécu ou étant dans cette situation à s’en sortir. Entretien.

Être attentif aux indices

Le synopsis est simple, c’est l’histoire d’une rencontre : celle de Sophie et de Marcus. Et d’une relation idyllique. Jusqu’à ce que le couperet tombe : Marcus est un manipulateur. Je sais ce que vous vous dites : "mais si seulement il y avait eu des indices…" Et c’est le cas. "Il y avait certaines incohérences dans ses discours qui me faisaient douter", nous raconte Sophie. Elle décrit : "il me racontait les choses avec une première version, puis une seconde la deuxième fois et puis une troisième complètement différente la troisième fois". Sauf que lorsqu’elle lui faisait comprendre que tout n’était pas toujours très clair, il la faisait culpabiliser : "pourquoi chipoter" ? "Et puis pourquoi en parler à ses amis aussi, puisque tout cela n’a aucune espèce d’importance ?". Discours changeant, culpabilité et éloignement : trois bons premiers indices.

Se renseigner

Savoir de quoi on parle. Si le conseil paraît simpliste, il n’en reste pas moins pertinent. "Pour ma part, j’ai réellement ouvert les yeux après la rupture", explique l’illustratrice. "À ce moment-là, j’ai été aidée par une professionnelle qui m’a incitée à me renseigner sur le sujet. Ce que j’ai fait. Ça a vraiment été un accélérateur de bien-être".

Faire le tri

L’après, c’est tout un travail. "J’ai dû réapprendre à vivre", se confie Sophie Lambda. "J’ai aussi complètement remanié mon entourage, j’ai fait un 'gros tri', entre les bonnes personnes,

(...) Cliquez ici pour voir la suite