Des personnes paralysées peuvent à nouveau parler grâce à des implants

La science-fiction est à nos portes. Pat Bennett est atteinte de la maladie de Charcot. Paralysée, elle a perdu l’usage de la parole il y a quelques années. Mais en mars 2022, sa vie prend un tournant lorsqu’elle accepte d’être le cobaye d’un essai clinique mené par Jaimie Henderson, un chercheur de l’université de Stanford, rapporte la revue Nature, relayée par Sciences et Avenir le 4 septembre dernier. En plaçant quatre électrodes dans son cerveau, le neurochirurgien lui a redonné une forme d’expression verbale. À 68 ans, Patt Bennett peut à nouveau communiquer grâce à la retranscription de ses ondes cérébrales en mots sur un écran d’ordinateur.

“Pour ceux qui ne peuvent plus parler, cette technologie représente un outil considérable pour rester connecté au monde dans son ensemble, peut-être continuer à travailler, entretenir des relations amicales et familiales”, confirme Patt Bennett dans une interview menée par nos confrères par échanges d’emails. Une seconde étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université de Californie est même allée plus loin, en développant un modèle de machine capable de traduire les ondes du cerveau en un discours lu par une voix artificielle. C’est Ann, victime d’un accident vasculaire cérébral, qui s’est portée volontaire pour en bénéficier. Élaborée par Edward Chang, cette technologie repose sur l’installation d’électrodes à la surface du cortex cérébral.

Mais comment fonctionnent ces interfaces cerveau-machines concrètement ? Dans le cas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite