"Perte de chance" : Michel Cymes alerte sur ce phénomène inquiétant en période de coronavirus

Diminution des consultations médicales en ville, baisse de fréquentation des urgences… Ces phénomènes ont été observés depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Preuve en est : les passages aux urgences ont chuté de 45 % pour les adultes et de 70 % pour les enfants depuis la mi-mars, par rapport à 2019. En cause ? Certains patients craignent d’engorger les hôpitaux ou de déranger des médecins déjà surchargés.

Pourtant, certaines pathologies autres que le Covid-19 nécessitent un suivi médical, et parfois, une prise en charge rapide. C’est ce que rappelle Michel Cymes sur RTL : "Si un symptôme vous inquiète, quel qu’il soit, cela doit vous conduire à consulter et à le faire rapidement. Il est préférable de se déplacer pour rien plutôt que de consulter trop tard".

Contacter son médecin en cas de maladie chronique ou de symptômes inhabituels

Le risque d’une prise en charge trop tardive, voir inexistante ? Une "perte de chance", autrement dit une dégradation de l’état de santé de certains patients faute de soins reçus en temps et en heure.

Une réalité inquiétante déjà signalée il y a plusieurs semaines par des médecins, qui redoutent une surmortalité pour d’autres pathologies que le Covid-19. "Beaucoup de pathologies chroniques comme le diabète, les insuffisances cardiaques, coronariennes ou respiratoires peuvent s'aggraver si elles sont mal surveillées", rappelait ainsi Jacques Battistoni, médecin généraliste, sur FranceInfo.

Que faire si l’on est atteint d’une maladie chronique ou si l'on constate l'apparition de symptômes inhabituels ? Les professionnels de santé recommandent dans un premier temps d’appeler son médecin traitant, ou de prendre rendez-vous pour une téléconsultation. Les urgences médicales, quant à elles, nécessitent de contacter le Samu en composant le 15. "Le coronavirus ne doit pas avoir l’exclusivité de notre attention et altérer votre droit d’être bien soigné", conclut Michel Cymes.

A lire aussi :

⋙ Coronavirus : des médecins redoutent une surmortalité

(...) Cliquez ici pour voir la suite