Petite histoire de la lingerie féminine

·1 min de lecture

Au XVIe siècle, les femmes font l’expérience du corset. Dissimulé sous le vêtement, il contraint leur corps en ajustant le buste pour mieux faire ressortir le décolleté. Plus ou moins remisé après la Révolution, il signe son retour en grâce au début du XIXe siècle, accompagnant une mode serrée à la taille et largement froufroutante. Cent ans plus tard, alors que les femmes aspirent à une vie active, les couturiers simplifient les robes, sous la houlette notamment de Paul Poiret. Le corset cède sa place à la gaine aplatissant les hanches. Elle appose désormais sa marque à la silhouette féminine.

Portée à même la peau sous le corset, la chemise-tunique gagne du galon – dans tous les sens du terme – à partir du XIXe siècle. De plus en plus raffinée, elle se pare de tissus soyeux, de coton brodé et de nœuds à rubans utiles pour serrer la taille ou dessiner le haut du buste. Plus tard, ce vêtement est retenu sur les épaules par d’étroites faveurs, ces petits liens servant d'ornement. Quand les corps se libèrent dans les années 1920, la chemise est remplacée par la combinaison, voile intermédiaire entre la peau et la robe.

Inventée par Marcel Rochas à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guêpière s’impose en 1947 avec le New Look créé de toutes pièces par Christian Dior. Moins contraignante et plus sexy que le corset, elle dessine un idéal féminin dans lequel la taille est forcément de guêpe. Elle combine soutien-gorge, bustier et gaine, le tout prolongé d’un porte-jarretelles pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles