La Petite Sirène : les critiques envers l'actrice Halle Bailey sont révélatrices du racisme de notre société

Capture Youtube

Depuis samedi 10 septembre, la sortie de la bande-annonce de l’adaptation en live action de La Petite Sirène, dont l’héroïne, Ariel, est incarnée par une actrice noire, a suscité de vives réactions. Si, d’un côté, de nombreuses vidéos de petites filles noires émues de découvrir Halle Bailey incarner la célèbre princesse circulent sur la Toile, de l’autre, une vague de commentaires racistes, jugeant que la jeune sirène ne peut traditionnellement être qu’une femme blanche, n’a pas tardé à envahir les réseaux sociaux.

Aussi désespérant que cela puisse être, cela n’a rien d’étonnant. Récemment, d’autres rôles de célèbres fictions adaptées sur le grand ou petit écran confiés à des comédien·nes non-blanc·hes ont effectivement déjà fait polémique. Derniers exemples en date : l’acteur portoricain Ismael Cruz Córdovaqui, choisi pour interpréter l’elfe Arondir dans Les Anneaux de Pouvoir, ainsi que l’acteur noir Steve Toussaint, jouant le noble Lord Corlys Velaryon dans House of the Dragon.

Sur le même sujet ⋙ Le nombre de personnes non-blanches à la télévision en baisse selon un rapport#OscarsSoWhite : Femmes, personnes racisées, LGBT, les grand·es oublié·es des Oscars

À chaque fois, les critiques et les arguments sont les mêmes : choisir des artistes non-blanc·hes pour incarner des héro·ines traditionnellement blanc·hes nuirait à l’authenticité de l’œuvre. Ce serait même "contre-nature" pour certains… Une colère qui cache en réalité "un racisme non avoué", a déclaré au HuffPost Anne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Juliette Binoche appelle les actrices à dire "non" aux rôles de femmes-objets
Blake Lively enceinte : l’actrice défend son droit à la vie privée et adresse un message fort aux paparazzis
La justice ouvre une enquête sur les pratiques d'une agence d'influenceurs après la plainte de Booba
“Vu que je suis bi…” : à 75 ans, Susan Sarandon fait son coming-out l’air de rien à la télévision américaine
Anna Kendrick se confie sur la relation abusive qui l’a inspirée pour son dernier film