• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les petits-enfants de Brigitte Macron victimes de harcèlement ? Elle confie son inquiétude

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un fléau au cœur des préoccupations. Mardi 21 septembre 2021, Brigitte Macron s'est rendue à l'Institut des Vocations pour l'Emploi (LIVE) à Clichy-sous-Bois en région parisienne pour une réunion dédiée au cyberharcèlement baptisée "Le poids des mots". La Première dame, maman de trois enfants, a évoqué son inquiétude face aux nombreuses menaces et insultes dont sont victimes les jeunes générations à l'école, notamment sur les réseaux sociaux. Une inquiétude décuplée lorsqu'il s'agit de ses sept petits-enfants... En effet, comme elle l'a confié au patron d'Instagram, Adam Mosseri, dont les propos ont été relayés par LCI, l'épouse d'Emmanuel Macron tente de protéger au maximum les jeunes membres de sa famille qui pourraient être victimes de cyberharcèlement. Une tâche parfois difficile...

Depuis son arrivée à l'Elysée en 2017, Brigitte Macron a multiplié ses interventions pour la protection de l'enfance, et plus récemment pour lutter contre le harcèlement scolaire. Interrogée sur l'expérience de ses propres petits-enfants, l'ancienne professeure de français a déclaré : "Mes petits-enfants sont plus forts que leurs parents sur les réseaux, et ils ne disent pas toujours la vérité sur ce qu'il s'y passe, car c'est leur monde", a fait savoir Brigitte Macron. Et d'ajouter que le nom de cette campagne, Le Poids des mots, était "très bien choisi car un mot c'est une arme."

Lors de cet entretien, Brigitte Macron a notamment dénoncé les attaques de masse dont sont victimes les jeunes élèves (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles