Petrucci commence déjà à travailler avec KTM

Léna Buffa
·4 min de lecture

a clos dimanche un chapitre de six ans avec Ducati lors du Grand Prix du Portugal, une épreuve difficile pour lui sachant qu'il s'est senti particulièrement en difficulté avec la Desmosedici sur les montagnes russes de Portimão et a manqué la zone des points.

À l'opposé du classement, sa future moto, pilotée par Miguel Oliveira, survolait cette dernière course de la campagne 2020 en réalisant un épatant hat trick. "Ça me rappelle beaucoup 2014, où il s'est passé plus ou moins la même chose", décrivait alors le pilote italien. "J'étais avec Ioda et à Phillip Island Crutchlow avait fait une qualif impressionnante avec la Ducati qui allait être ma moto l'année suivante."

"Je suis content pour ma future équipe", assurait Petrucci, tout en décrivant le cauchemar qu'a été pour lui ce dernier week-end en rouge : "C'était très difficile, surtout de finir hors des points avec autant de problèmes et en souffrant beaucoup. C'était vraiment, vraiment fou. Je me suis battu avec la moto tout le week-end."

Lire aussi :

Andrea Dovizioso part "léger", mais "en colère" Poncharal : "Un conte de fées" avec le succès d'Oliveira à Portimão

"Je n'ai jamais trouvé un bon rythme, de bonnes sensations sur la moto. On a essayé beaucoup de choses, on a essayé de faire de notre mieux", martelait-il. "Dès que je tentais d'en faire un peu plus, je partais toujours à la faute. Malheureusement, je n'ai été à l'aise à aucun instant sur cette piste."

"Je suis content que ce soit fini", lâchait le pilote italien après la course, désormais tourné vers l'avenir. Recruté par KTM avec un contrat initial d'un an assorti d'une option pour une deuxième saison, il évoluera la saison prochaine au sein de l'équipe Tech3, qu'il rejoindra à la place de Miguel Oliveira. Il le fera aux côtés de Sergio Verbena, l'ingénieur qui a accompagné cette année les débuts de Brad Binder, Guy Coulon quittant son rôle historique dans le box.

"Je ne connais pas grand-monde. Je connais juste très bien Hervé [Poncharal], qui est quelqu'un de toujours très gentil et sympathique. […] Je suis allé seulement une fois à l'usine chez KTM, mais jamais chez Tech3. Il y aura l'occasion", assurait Petrucci dimanche, se disant "vraiment impatient de travailler avec eux".

Avant de prendre ses marques au sein du team de Bormes-les-Mimosas, celui qui a remporté à point nommé le Grand Prix de France cette année va d'ores et déjà commencer à travailler avec le constructeur autrichien, où il a annoncé avoir prévu un passage par la soufflerie cette semaine.

"Je suis très curieux d'essayer la nouvelle moto", a-t-il assuré. "Malheureusement, ils ont perdu les concessions, la liberté de faire des essais [illimités]. Je ne testerai donc la moto qu'en février l'an prochain, mais je vais aller en soufflerie et ce sera très important. La vitesse de pointe a été un problème pour moi cette année, alors c'est important de travailler sur ce point."

"Au début, beaucoup ont fait la moue"

S'il va devoir faire preuve d'encore un peu de patience avant de mener la RC16 en piste, Petrucci observe avec intérêt les styles de pilotage très différents qui s'expriment avec brio au guidon de la machine autrichienne. "C'est une des choses qui m'ont convaincu quand je suis allé à l'usine. Mike Leitner m'a dit qu'ils ont fait d'énormes progrès quand Pedrosa est arrivé, alors que c'est un pilote très subtil qui, à la différence de Pol [Espargaró], ne freine pas fort. Ils m'ont dit qu'elle peut se piloter des deux façons et c'est quelque chose qui m'a convaincu."

Lire aussi :

La perte des concessions va changer le travail de KTM cet hiver Moins de tests pour KTM : Pedrosa se voit faire plus de tours en 2021

Déçu de sa dernière saison avec Ducati, le pilote italien ne peut désormais qu'être impatient à l'idée de rejoindre le groupe de Mattighofen, vainqueur par trois fois cette saison − Ducati, bien qu'ayant remporté le championnat constructeurs, n'a gagné que deux courses.

"Ce qui est certain, c'est que c'est une moto qui fonctionne. Au début de l'année, beaucoup ont fait la moue en estimant que ça n'était pas une moto compétitive, mais moi j'ai toujours pensé qu'elle l'était", pointe le natif de Terni. "Ils ont obtenu beaucoup de résultats cette année. La moto semblait déjà très compétitive à la fin de l'année dernière et elle l'a confirmé cette année, ils ont gagné trois fois."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud