« On peut être maman » : le message d’espoir pour les femmes atteintes de la sclérose en plaques

Margot Ruyter

À l’occasion de la Journée internationale de la sclérose en plaques le 30 mai prochain, des femmes témoignent de leur expérience de la maternité. L’objectif ? Déconstruire les préjugés sur la maladie.

Libérer la parole des femmes atteintes de sclérose en plaques (SEP). C’est l’objectif d’un projet de photographies et vidéos, initié par la branche française de l'entreprise  Merck et réalisé par le photographe Gautier Van Lieshout, qui réunit 11 femmes ayant expérimenté la maternité tout en étant malades. « J’aimerais dire aux futures mamans d’écouter leurs corps. Si vous êtes prêtes, faites- vous plaisir en donnant la vie », enjoint une des participantes du projet. Alors qu’une femme sur trois atteinte de la sclérose en plaques considère que la maladie est un obstacle à la maternité ou reporte son projet de grossesse, ces femmes s’engagent pour briser le tabou et donner confiance à d’autres malades. Il faut que « les jeunes femmes n’aient pas peur », clame une des témoins. « La sclérose en plaques nous touche trop tôt, mais il ne faut pas baisser les bras », intime-t-elle.

Septembre

"Septembre", campagne "Sclérose en plaques et maternité" @Gautier Van Lieshout 

En France, près de 100 000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques. Ce mal, assez peu connue du grand public, attaque le système nerveux. 

Les premières victimes de la sclérose en plaques sont les femmes, puisqu’elles représentent environ 75% des malades. Le désir d’enfant arrive généralement dans une période concomitante au diagnostic de la maladie. Dans la majorité des cas, « le diagnostic [est] posé entre 20 et 40 ans, c’est-à-dire à ce...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi