Peut-on laver son masque à la main ?

L'Afnor recommande de laver nos masques de protection en tissu à la machine à 60°C, pendant trente minutes minimum. Un processus assez contraignant et qui nécessite d’en posséder plusieurs, puisqu’il faut les changer (et donc les laver) toutes les quatre heures… Alors, existe-t-il d’autres techniques, plus rapides, qui permettent de garantir leur décontamination ?

Interrogée par nos confrères de l’AFP, Sylvie Raspaud, cheffe du service de pharmacie de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), explique qu’un lavage manuel est possible, bien qu’il n’offre a priori pas le même niveau de décontamination. Elle recommande dans ce cas un lavage en trois étapes :

- un nettoyage brassage dans un évier avec détergent (savon, produit vaisselle ou lessive pour lavage à main afin d’éliminer toutes les souillures qui viennent du visage, de la bouche et du nez, mais sans brossage pour ne pas abîmer les fibres de tissu ;

- un trempage dans une eau chaude à 60°C pendant trente minutes, en mettant par exemple le masque dans une casserole sur une plaque de cuisson dans de l’eau frémissante ;

- un rinçage s’apparentant à un bon lavage de mains, qui ne sera toutefois pas complètement inactivant du virus si la contamination du masque est importante.

Que vous le laviez en machine ou à la main, séchez vos masques sans délai, à l’air libre ou dans un endroit bien ventilé : ne les laissez jamais dans une atmosphère humide. Ne les passez pas au fer à repasser pour accélérer le processus. "Avec une température élevée, le repassage risque de modifier les mailles du tissu et de détériorer les parties en synthétique", confirme Mathieu Decrette, du Laboratoire de physique et mécanique textiles, à nos confrères de 60 Millions de consommateurs.

Vapeur d’eau bouillante, congélateur, four… C’est non !

Contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux, porter son masque au-dessus d'une casserole d'eau bouillante pendant quinze secondes ne suffit pas à le décontaminer. Autre solution souvent évoquée : le

(...) Cliquez ici pour voir la suite