Peut-on transmettre son anxiété à ses enfants ? Une étude répond

©iStock

Une étude suggère que si les troubles anxieux sont en partie héréditaires, cette transmission est déterminée par le sexe des parents. Les mères seraient plus susceptibles que les pères de léguer leur anxiété à leurs filles.

Tenir son anxiété de ses parents, ce n’est pas un mythe. Ce trouble qui conduit à s’inquiéter, parfois pour des raisons infondées, est bel et bien héréditaire. En fait, si un parent montre des signes d’anxiété chronique, il y a des chances pour que son enfant en souffre lui aussi. Mais une nouvelle étude vient apporter des précisions à ce constat, puisque cette transmission dépendrait du sexe du parent.

Lire aussi >>  Bella Hadid, Stromae : comment les stars libèrent la parole face aux troubles d’anxiété et de dépression chez les jeunes ?

De mère en fille et de père en fils

Les recherches d’une équipe de l’université Dalhousie et publiées dans la revue « JAMA Network Open » montrent que l’anxiété pourrait se transmettre de mère en fille et de père en fils. Une fille aurait donc peu de chances de recevoir de l’anxiété par son père, mais plutôt par sa mère. La chercheuse Barbara Pavlova et ses collègues expliquent que la probabilité que les enfants développent un trouble anxieux au cours de leur vie était près de trois fois plus élevée lorsqu'un parent du même sexe (c’est-à-dire un fils et son père ou une fille et sa mère) souffrait également d'anxiété. Au contraire, « aucune association significative » n'a été observée lorsqu'un parent du sexe opposé avait de l'anxiété. Et ce constat est d’autant plus fréquent dans les relations mère-fille que dans les relations père-fils.

Les enfants...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles