Phéochromocytome : symptômes, évolution, traitement de cette tumeur surrénalienne

Cette tumeur surrénalienne est rare. Sa prévalence est de 0,46 cas pour 100 000 personnes chaque année, selon la Haute Autorité de santé. Elle se développe aussi bien chez la femme que chez l’homme, essentiellement sur la tranche d’âge de 20 à 50 ans. Découvrez quels sont les symptômes, les causes et les traitements du phéochromocytome.

Le phéochromocytome est une tumeur de taille variable (entre 3 et 8 cm) observée au niveau de la partie centrale des glandes surrénales. Ces dernières sont situées au-dessus de chaque rein, et sont chargées de synthétiser des hormones tels l’adrénaline et le cortisol. Dans le cas du phéochromocytome, autrement dit dans le cas d’une tumeur surrénalienne, les cellules des glandes surrénales, appelées cellules chromaffines, dysfonctionnent. Ces cellules produisent de façon anarchique, et non plus en réponse à des circonstances précises, des catécholamines : adrénaline et noradrénaline. Le rôle des catécholamines est de réguler la pression artérielle, par dilatation ou par contraction des vaisseaux sanguins, ainsi que le débit cardiaque. On comprend donc aisément que cette prolifération incontrôlée de catécholamines va engendrer des désordres multiples dans l’organisme. L’hypertension artérielle, qu’elle soit permanente ou paroxystique, est ainsi un des symptômes majeurs de cette pathologie. Selon l’association Surrénales, la prise en charge de cette tumeur passe nécessairement par une intervention chirurgicale (ablation). Cette tumeur est bénigne dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles