Ma pharmacie verte : 5 plantes à posséder absolument après 50 ans

« La médecine allopathique est intéressante, convient Claudine Luu, docteure en pharmacie. Mais quand on peut passer sur quelque chose de plus doux, mieux vaut le faire et laisser le corps plus “vierge” et donc plus réceptif à l’allopathie quand celle-ci est vraiment nécessaire. »

L’aloès ou aloe vera a des feuilles charnues qui se coupent à la base et s’épluchent. Leur partie centrale contient une pulpe translucide hydratante, calmante, antiseptique et cicatrisante qui soigne brûlures, irritations d’eczéma, coups de soleil et piqûres d’insectes, notamment. Attention à ne pas la confondre avec le suc qui s’écoule quand on coupe la feuille et qui est irritant pour les peaux sensibles ! Si on n’a pas cette vivace sous la main, on la trouve aisément sous forme de gel cutané, à acheter bio et pur à 95 % au moins.

Le moringa, une plante tropicale, préviendrait plus de trois cents maladies ! « Ses effets sont reconnus contre l’ostéoporose, le vieillissement de l’organisme et c’est un bon tonifiant », assure Sylvie Hampikian. On le consomme en tisane, en gélules ou même en paillettes à saupoudrer sur les aliments.

Appelé également « griffe du diable », l’harpagophytum est conseillé par l’Organisation mondiale de la santé pour les douleurs d’arthrose, les rhumatismes et l’ostéoporose.

La canneberge a largement fait ses preuves. Bio, sous forme de gélules ou d’ampoules (faciles à conserver et bien plus concentrées que le jus), elle se prend dès les tout premiers signes d’infection urinaire. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles