Philippe Douste-Blazy, en deuil : son frère aîné Bernard est mort

·2 min de lecture

L'ancien ministre a souhaité faire son deuil dans la plus grande intimité. Le 31 octobre 2020, Bernard Douste-Blazy annonçait dans les colonnes du Figaro qu'il venait de perdre son grand frère, Bernard Douste-Blazy, sans en préciser la cause. L'ancien ministre de la Santé, élu sous la présidence de Jacques Chirac, s'est joint à sa famille dans un communiqué des plus solennels : "M. et Mme Philippe Douste-Blazy, M. Pierre-Elliott Douste-Blazy, M. et Mme Christophe Béguère, Mlle Bernadette Béguère ont la tristesse de vous faire part du décès de M. Bernard Douste-Blazy", peut-on lire. Pour celui qui claqua la porte de l'Elysée dès l'arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, nul besoin de prévoir un enterrement en grande pompe, bien au contraire...

Bernard Douste-Blazy, décédé à l'âge de soixante-neuf ans, a été inhumé dans le plus grand secret le 31 octobre 2020 au cimetière de l'Égalité de Lourdes, comme l'a précisé la famille, après une cérémonie religieuse organisée à l'église du Christ-Roi à Toulouse. Cependant, nul ne sait dans quelles circonstances le frère aîné de l'ancien ministre des Affaires étrangères a été emporté, ni même à quelle date. À ce jour, Philippe Douste-Blazy ne s'est toujours pas exprimé à ce sujet, malgré ses nombreuses prises de paroles dans différents médias.

En effet, l'ancien médecin cardiologue vient de sortir son tout nouveau livre, Maladie Française - Pandémie : et pourtant tout avait été préparé !, dont la préface a été écrite par un certain... Didier Raoult. À travers cet ouvrage d'un peu plus de trois cent pages, l'ancien porte-parole de François Mitterrand déplore la crise sanitaire actuelle causée par le Covid-19 et défend coûte que coûte le traitement à base d'hydroxychloroquine rendu célèbre par le docteur Raoult : "Quand on voit les résultats à Marseille, je pense qu'on doit en effet écouter ce qu'il dit. C'est un des plus grands scientifiques au monde", confiait-il en mai dernier dans les colonnes du Parisien.

À lire aussi : Manuel (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite