Philippe Etchebest : son cri d’alerte après le suicide de deux restaurateurs

La crise est loin d’être uniquement sanitaire. Depuis près de deux mois, l’économie tourne au ralenti. Alors que certains secteurs ont pu redémarrer leur activité depuis le 11 mai 2020, à l’image de la réouverture des coiffeurs et des instituts de beauté, d’autres sont toujours à l’arrêt. C’est notamment le cas de la restauration. En attendant la date de réouverture des restaurants, bars et cafés, la profession est en danger. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, Philippe Etchebest ne cesse de prendre la parole pour exprimer ses inquiétudes. Il avait d’ailleurs poussé un énorme coup de gueule après le discours d’Emmanuel Macron qui annonçait le confinement, le 16 mars. Mais depuis, le chef étoilé craint le pire : “On est en plein cauchemar”, a-t-il déclaré. Philippe Etchebest avait également donné son avis sur la possible réouverture des restaurants le 15 juin. Mais pour lui, nombreux resteront fermés.

“Il y aura de la casse”

Jeudi 14 mai, le juré emblématique de Top Chef était invité dans l’émission Audrey & Co, sur LCI, pour venir partager ses craintes sur l’avenir de la profession. “Je pense que nous sommes les globules rouges de la France, à travers nos 250.000 entreprises et nos 2 millions d’emplois directs et indirects”, indique tout d’abord le célèbre chef. Il tient d’ailleurs à préciser que ces emplois impactent également toutes les filières associées, à savoir “l’agriculture, la viticulture, la pêche, et tous les autres artisans qui interviennent”. Pourtant, certains sont moins préoccupés que d’autres par la crise... à l’image de McDonald's qui a décidé de rouvrir partiellement ses restaurants malgré le confinement, ou même de cette candidate de Master Chef qui refusait de fermer son établissement malgré le coronavirus. Mais les restaurateurs qui respectent les règles sont au bord du gouffre. Philippe Etchebest a notamment créé le collectif Resto ensemble pour faire face à la crise. Et le Meilleur Ouvrier de France tient à alerter sur les cris de SOS

(...) Cliquez ici pour voir la suite