Phobie scolaire : comment la reconnaître et aider son enfant ?

·1 min de lecture

Comment se déclenche cette peur panique d’aller à l’école ? Quelles solutions pour s’en sortir ? Nos témoins sont passés par là et partagent leurs d’expériences.

Christelle, 38 ans, enseignante : « Les cours à distance ont sauvé ma fille »

« Romane a toujours été un peu en décalage, mais sa scolarité était normale, malgré une dyscalculie dépistée en CE2. En 5e, elle a commencé à angoisser ; cela a empiré en 4e et c’est au début de la 3e que j’ai découvert qu’elle se scarifiait. J’ai compris qu’une histoire de rivalité entre copines avait viré au harcèlement depuis deux ans. Mais le collège banalisait cette violence, alors j’ai alerté l’inspection académique. Ma fille a changé d’établissement en trois jours, le 6 janvier 2020, puis on a été confinés, ce qui l’arrangeait. A la rentrée suivante, au lycée, elle ne séchait pas les cours, mais à quel prix ! Crises d’angoisse et de tétanie, maux de ventre, envie de vomir, perte d’appétit... Chaque évaluation, surtout scientifique, ou prise de parole en public était une épreuve. Cette année, en première générale, les adaptations prévues à travers un PAI*, avec aménagement des épreuves orales au bac, sont tombées à l’eau. Romane ne supporte plus d’aller en classe. Soutenue par son psy, elle a choisi des cours à distance, un “Cned réglementé”**. Pour moi, ce n’était pas évident à admettre, je trouvais dommage qu’elle soit déscolarisée. Pourtant, depuis, ma fille revit ! Elle a créé son planning et prépare le permis en conduite accompagnée... Elle se projette après le bac et rêve...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles