Picard : ces produits dangereux à ramener d'urgence en magasin

·2 min de lecture

Plusieurs enseignes de la grande distribution alertent depuis quelques semaines sur la présence d'un produit chimique dans une centaine de produits disponibles à la vente. Après Auchan, Lidl et Carrefour, c'est au tour de Picard de sonner l'alerte. Ce sont en tout plus de 170 produits qui sont concernés par la procédure de rappel. Tous contiennent une quantité supérieure à la dose légale autorisée d'oxyde d'éthylène. Un gaz qui peut s'avérer toxique si présent en trop grande proportion dans les denrées alimentaires. Picard appelle donc les clients qui se sont ravitaillés dans l'un de ses magasins à rapporter au plus vite les produits listés.

Picard a partagé sur son site la liste des produits dangereux à ne surtout pas consommer et à détruire ou ramener d'urgence en magasin contre remboursement. 9 produits sont concernés, les voici :

Pour tout renseignement, le service client de Picard est joignable du lundi au samedi, de 9 à 18h, au numéro suivant : 0800 091 091.

>>> Cliquez ici pour consulter la liste des 170 produits à retourner d'urgence en magasin

La première alerte concernant des produits contaminés à l'oxyde d'éthylène a été lancée en Belgique le 9 septembre 2020. Selon 60 millions de consommateurs, la contamination de ces produits n'est pas le résultat d'un accident mais d'une fraude. Leur enquête révèle que l'oxyde d'éthylène a été utilisé par une quinzaine de fournisseurs indiens pour traiter les bactéries sur les graines de sésame que l'on retrouve dans la composition de nombreux aliment concernés par les rappels produits. Si ce traitement est terriblement efficace, il est strictement interdit en Europe. Pourtant, avant ce scandale, cette molécule n'était pas scrutée au cours des analyses de routine menées à l'arrivée des produits sur le continent. Le magazine révèle que des tests sont désormais menés sur tous les produits en provenance d'Inde afin de détecter au plus vite la présence de pesticides en quantité supérieure à la dose légale autorisée. Le rappel (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite