"Des vieux qui ont déjà vécu" : Pierre-Jean Chalençon choque avec une nouvelle sortie sur les victimes du Covid-19

·1 min de lecture

La provocation, Pierre-Jean Chalençon l’a dans la peau. Au moins autant que Napoléon, dont il s’infuse les encyclopédies, à défaut de se faire tatouer la tête de l’Empereur sur l’épiderme. Et c’est justement en l’honneur de son idole que le collectionneur souhaitait ouvrir son célèbre palais Vivienne à des convives triés sur le volet en plein confinement. Une initiative qui l’a plongé en pleine polémique puisqu’il a été interrogé par la police et placé en garde à vue, le 9 avril 2021, pour des faits de "mise en danger de la vie d’autrui" et de "soupçons de travail dissimulé". Au lieu de se faire tout petit, l’ancien acheteur d’Affaire conclue, très vite relâché, a joué les victimes et minimisé les faits. "C’est horrible ce que j’ai vécu, j’en ai pris plein la gueule, je ne sais pas pourquoi…" avait-il confié à nos confrères de Télé-Loisirs, préférant se concentrer sur sa relation conflictuelle avec son ancienne collègue Caroline Margeridon.

Chassez le naturel, il revient au galop et Pierre-Jean Chalençon a fait cavalier seul dans les colonnes de Nice-Matin, le vendredi 16 juillet 2021, en confirmant qu’il n’avait "jamais de la vie" organisé de dîner. "J'aurais bien aimé. Ça m'aurait sorti de la merde, vu qu'on a aucune aide de l'Etat... Alors qu'énormément de restaurateurs ont eu des aides et ont fait du black. Ça, c'est scandaleux !", a-t-il clamé. Et de tenir des propos sur les mesures sanitaires qui risquent d’écorner un peu plus son image. "Si, il y avait des masques. Mais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles