Pierre Richard : ce nouveau coup dur pour le comédien

Appelez-le Monsieur X. Jusqu'au 8 mars 2020, Pierre Richard est la star d'un seul-en scène écrit et mis en scène par Mathilda May : Monsieur X, donc. Un spectacle muet au Théâtre de l'Atelier (VIIIe arrondissement) qualifié de "bijoux burlesque et poétique, surréaliste" par Le Parisien (en kiosque vendredi 27 décembre 2019), qui a pu rencontrer Pierre Richard chez lui à l'occasion de son retour sur les planches. A 85 ans, le comédien se porte bien... mais se désole que sa nouvelle pièce soit ternie par les grèves. "Ça va bien parce que les gens aiment beaucoup le spectacle et que le travail avec Mathilde May est un plaisir", commence Pierre Richard.

Le comédien nuance toutefois : "Mais ça va mal parce que, avec les grèves, le théâtre est désert. Ça se comprend... Moi-même, à moto, je mets trois quarts d'heure pour aller au théâtre. Je suis plus fatigué d'y aller que d'y jouer... Je ne critique pas les grèves, je dis que c'est dommage de démarrer maintenant..." Est-il contre la réforme ? Pas vraiment. Est-il pour la réforme ? Pas vraiment non plus. Il poursuit ainsi : "Si vous me demandez si je suis d'accord avec la réforme, je n'en sais rien parce que je n'y comprends rien... C'est difficile d'avoir un avis. Mais démarrer un spectacle en ce moment, ce n'est pas de bol..."

⋙ Fanny Valette (Un Profil pour deux) : "Tourner avec Pierre Richard, c'est un rêve de gosse qui se réalise"

Lors de cet entretien, celui que l'on surnomme Le Grand Blond, vedette du cinéma français à la filmographie longue comme le bras explique par ailleurs à quel point il est heureux qu'on lui confie enfin un rôle muet. "J'aurais aimé faire du cinéma muet, mais ce n'était plus l'époque", regrette-t-il, avouant être "content" de ne pas avoir de texte à apprendre. "Les trous de mémoire, c'est ce qui me fout vraiment le trac au théâtre", concède-t-il volontiers. "Je n'en ai jamais au cinéma. Il suffit d'avoir la décence d'apprendre son texte..." Et d'ajouter, avec malice : "Enfin, certains ne le font pas."

A

(...) Cliquez ici pour voir la suite