Publicité

La pilule abortive interdite dans le Wyoming, premier État américain à le décider

Le droit à l’avortement est un combat permanent aux États-Unis, la décision du Wyoming d’interdire la pilule abortive étant le dernier exemple. (image d’illustration d’une manifestation à New York le 12 mars 2023)
Le droit à l’avortement est un combat permanent aux États-Unis, la décision du Wyoming d’interdire la pilule abortive étant le dernier exemple. (image d’illustration d’une manifestation à New York le 12 mars 2023)

ÉTATS-UNIS - Une régression majeure des droits des femmes. Le Wyoming est devenu vendredi 17 mars le premier État américain à interdire la pilule abortive, ce qui constitue une nouvelle victoire pour les conservateurs qui entendent faire reculer l’accès à l’avortement aux États-Unis.

Le gouverneur du Wyoming (ouest), Mark Gordon, a appelé les législateurs à aller plus loin et inscrire une interdiction totale de l’avortement dans la constitution de cet État et de la soumettre au vote des électeurs.

Cette décision intervient au moment où de nombreux opposants à l’avortement cherchent à faire interdire la pilule abortive sur l’ensemble du territoire américain, après la décision l’an dernier de la Cour suprême d’enterrer le droit à l’avortement au niveau fédéral. Depuis, une quinzaine d’États ont décidé de bannir toutes les interruptions de grossesse sur leur sol.

Une décision à ce sujet est également attendue prochainement dans un tribunal du Texas où un juge fédéral ultraconservateur doit rendre une décision autour d’une éventuelle interdiction au niveau fédéral de la mifépristone (RU 486). Cette pilule, la plus largement utilisée pour les interruptions médicamenteuses de grossesse, a été autorisée en 2000 par l’Agence américaine du médicament (FDA). Le juge fédéral du Texas, Matthew Kacsmaryk, pourrait ordonner qu’elle soit retirée du marché dans tout le pays.

Les législateurs texans examinent également une proposition qui, non seulement interdirait les pilules abortives, mais exigerait également des fournisseurs d’Internet de l’État qu’ils bloquent l’accès aux sites où ces pilules sont vendues par correspondance.

Mark Gordon, le gouverneur du Wyoming, a déclaré qu’il n’entendait pas reculer dans sa lutte contre l’avortement. « Je crois que toute vie est sacrée et que chaque individu, y compris les enfants à naître, doit être traité avec dignité et compassion », a-t-il lancé.

Depuis que la Cour suprême des États-Unis a rendu, en juin l’an passé, sa liberté de légiférer à chaque État, une quinzaine d’entre eux ont limité l’accès à la mifépristone en exigeant qu’un médecin la fournisse, selon le centre de recherches Guttmacher Institute qui défend le droit des femmes à avorter. Si le juge fédéral du Texas se prononce pour une interdiction nationale de la pilule abortive, des groupes de défense du droit à l’avortement affirment que cela aura un retentissement aussi important que l’arrêt de la Cour suprême de l’année dernière.

À voir également sur Le HuffPost :

Macron veut l’IVG dans la Constitution mais complique son inscription

Lever le tabou sur le droit à l’IVG passe aussi par l’humour