Le piment, bon pour le coeur?

·1 min de lecture

Le piment est un aliment déconseillé pour les personnes souffrant de troubles intestinaux. Pourtant plusieurs études ont déjà démontré qu’il possède des propriétés potentiellement bénéfiques pour la santé, notamment par la capsaïcine qu’il contient. Celle-ci a des effets anti-inflammatoires, antioxydants, anticancéreux et favorisant la régulation du glucose sanguin. C’est cette substance qui confère son goût plus ou moins piquant au piment.

Pour en savoir plus sur les effets positifs de cet aliment, une équipe du Cleveland Clinic’s Heart, Vascular & Thoracic Institute à Cleveland (Ohio) a passé en revue 4 larges études sur le sujet. Chacune offrait des données sur la consommation de piment des participants ainsi que des informations sur leur état de santé sur le long terme. Cette méta-analyse a ainsi permis de comparer les effets d’une consommation régulière d’une partie des participants comparé à l’absence de consommation d’autres, chez plus de 570 000 personnes aux Etats-Unis, en Italie, en Chine et en Iran.

Quantité et fréquence inconnues

Leurs observations confirment l’intérêt de manger du piment puisque comparés aux individus n’en mangeant jamais ou rarement, ceux qui en consomment régulièrement présentent :

– Un taux de mortalité cardiovasculaire réduit de 26% ;

– Un taux de mortalité par cancer diminué de 23% ;

– Et une mortalité toutes causes confondues abaissée de 25%.

Toutefois, « les raisons et les mécanismes exacts de ce phénomène ne sont pas encore compris », souligne Bo Xu, cardiologue au Cleveland Clinic’s Heart, Vascular & Thoracic Institute et principal auteur de ce travail. Des études complémentaires sont nécessaires pour les identifier et évaluer notamment la quantité et la fréquence de consommation idéale permettant d’obtenir les bénéfices soulignés par ce travail.