Piqûres en boîte de nuit : de nouveaux cas signalés au Printemps de Bourges et à Périgueux

·1 min de lecture

Des injections aussi mystérieuses qu’inquiétantes ont à nouveau été détectées en milieu festif le weekend passé.

Une enquête pour « administration de substances nuisibles a été ouverte », a-t-on appris dimanche auprès du parquet, après que deux personnes ont déposé plainte, s’estimant victimes de piqûres dans des établissements de nuit de Périgueux (Dordogne).

Deux hommes, âgés de 18 et 24 ans, affirment avoir été « piqués » lors d’une sortie dans des établissements de nuit de la ville le samedi 9 avril, a indiqué la procureure de la République de Périgueux Solène Belaouar, confirmant une information de France Bleu.

À lire aussi >> #MeTooGHB : une pétition pour une meilleure prise en charge des victimes du GHB

Deux traces de piqûres sur la cuisse et l’abdomen

Selon la procureure, les deux hommes, qui n’ont pas ressenti de piqûre durant la soirée, se sont sentis « très fatigués » la nuit et les jours suivants, et après des « suggestions » venant d’amis informés de cas similaires médiatisés ailleurs en France, ont découvert deux traces de piqûres sur la cuisse pour l’un et l’abdomen pour l’autre, les décidant à déposer plainte trois jours après les faits.

Aucune trace de stupéfiant n’a été retrouvée lors des premières analyses toxicologiques, a précisé le parquet qui appelle les personnes suspectant des piqûres au cours d’une soirée « à se rendre immédiatement au centre hospitalier le plus proche » et à « ne pas céder à la psychose tout en restant vigilants ».

43 cas à Nantes depuis la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles