Placements immobiliers : comment investir autrement

·2 min de lecture

Assurance-vie, nue-propriété, viager mutualisé... des solutions singulières pour épargner dans la pierre

Dans l’esprit des investisseurs français, la pierre est plus que jamais une valeur sûre. A tel point que les achats aux fins de placement représentent 29,4 % des transactions réalisées en 2020, selon le réseau d’agences immobilières Century 21, un record absolu à l’échelle de l’Hexagone. En 2017, ces acquisitions ne représentaient que 17,4 % des opérations. Revers de la médaille, les prix ne cessent de croître : + 4,1 % pour les maisons et + 1,2 % pour les appartements l’an passé, tous segments confondus (résidences principales, secondaires et locatives). A 2 193 € le mètre carré en moyenne pour les maisons et 3 682 € pour les appartements, les prix atteignent de nouveaux sommets. De quoi évincer une large part de la population.

"

Le taux d’endettement maximal est relevé de 33 % à 35 %

"

D’autant que l’accès au crédit n’est plus aussi évident qu’il y a quelques années, à cause des règles édictées par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), autorité présidée par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, et chargée de surveiller le système financier français. Soucieux de prévenir le surendettement, le HCSF exige des établissements bancaires de limiter le poids des échéances de prêt dans le budget des ménages. « Il est moins simple qu’il y a dix-huit mois d’obtenir un crédit pour investir », observe Sandrine Allonier, directrice des études du courtier Vousfinancer. Toutefois, la situation vient de se détendre à la faveur de l’assouplissement des recommandations du HCSF. Le taux d’endettement maximal est relevé de 33 % à 35 %, mais cela ne change pas la donne : si vous êtes déjà endetté à hauteur de 25 % de vos revenus pour avoir financé votre résidence principale, vous serez hors critères. « Les banques se(...)


Lire la suite sur Paris Match