PMA pour toutes : pourquoi les délais d’attente sont-ils toujours aussi longs ?

© DrAfter123 / iStock

Un an après l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, le nombre de demandes a explosé et entraîne des délais d’attente toujours plus longs.

Le 2 août 2021, la loi bioéthique permettait à des couples de lesbiennes et des femmes seules d’avoir accès à la PMA. Alors que le gouvernement s’attendait à 1 000 demandes supplémentaires en 2021, ce sont finalement 3 500 demandes qui ont été formulées à la fin de l’année 2021. Face à l’explosion de la demande, les délais se sont allongés, provoquant une véritable crise de l’accès à la PMA.

Lire aussi >> C’est mon histoire : « J’ai fait une PMA toute seule »

En moyenne, 14,8 mois d’attente

À la mi-mai 2022, 11 926 nouvelles demandes de première consultation pour une PMA ont été enregistrées, d’après le troisième bilan du comité national de suivi de la loi bioéthique, quand le gouvernement en projetait plutôt entre 2 000 et 3 000. « Ces estimations étaient basées sur le nombre de femmes effectuant des parcours de PMA à l’étranger. La vague à laquelle on assiste, et pour laquelle on n’observe pour l’heure pas de décrue, démontre à quel point ce texte répond manifestement à des attentes sociétales très fortes », détaille à « Libération » Emmanuelle Cortot-Boucher, directrice générale de l’Agence de biomédecine.

Parmi ces premières demandes, 5 126 ont été enregistrées en vue d’une PMA avec don de spermatozoïde au bénéfice de couples de femmes ou de femmes non mariées : 53% ont été formulées par des femmes seules et 47% par des couples de lesbiennes. Une augmentation des demandes qui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles