Pneumothorax : les symptômes à reconnaître pour réagir au plus vite

Cunaplus_M.Faba

Tous les organes mous ont une enveloppe protectrice : le péritoine pour la cavité abdominale et les viscères, les méninges pour le cerveau, le péricarde pour le cœur et la plèvre pour le poumon. Celle-ci est composée de deux feuillets : un feuillet situé contre le poumon, la plèvre viscérale, et un feuillet pariétal contre la paroi thoracique. Il y a entre ces deux feuillets un peu liquide lubrifiant qui permet aux feuillets de bien coulisser et les maintient accolés par une pression négative. Lors de l’expiration, la force de rétraction élastique du poumon ramène le système à sa position de repos.

Le pneumothorax est une pathologie qui affecte la plèvre. “Il est caractérisé par la présence d’air entre les deux feuillets de la plèvre. Il y a une communication entre ces feuillets et la pression devient alors positive. Le poumon se rétracte, s’affaisse, est comprimé, la respiration est alors difficile, voire impossible.”, explique le Dr Le Guillou. L’incidence du pneumothorax est de 8 à 18 cas pour 100 000 hommes, et de 2 à 6 cas pour 100 000 chez les femmes.

Dans les cas les plus graves, le pneumothorax fait courir un risque vital au patient. "Cela dépend de la sévérité, si le pneumothorax est unilatéral ou bilatéral. Lorsque les deux poumons sont décollés, il y a des difficultés respiratoires. Ca peut agir comme une valve anti retour : l’air pénètre dans la cavité pleurale, comprime le poumon, mais ne peut plus ressortir. Il y a également le cœur au milieu de tout ça qui peut être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite