[Podcast] Clara Rockmore, la musicienne russe qui apprivoisa le thérémine

les Inrocks

Quand Clara Rockmore, née Reisenberg, en Russie au début du XXe siècle, passe sa première audition au conservatoire, elle est obligée de monter sur une table, car elle est trop petite pour que le jury puisse l’apercevoir.

Elle n’a que 4 ans, et réussi haut la main le concours d’entrée du prestigieux conservatoire de Saint-Pétersbourg en faisant, du même coup, la Une des journaux. Une grande carrière de violoniste s’offre à elle. Carrière à laquelle une tendinite va mettre tragiquement fin. Sa carrière musicale n’est pas finie pour autant.

>> A lire aussi : Betty Davis, incandescente pionnière de la funk

Immigrée aux Etats-Unis, Clara Reisenberg rencontre un compatriote russe du nom de Léon Thérémine qui lui fait part de son invention, l’instrument auquel il a donné son nom, le thérémine.

Dès la première écoute, elle tombe amoureuse de l’instrument et demande évidemment à l’essayer. Son oreille absolue, son entraînement intensif et sa rage d’avoir manqué la brillante carrière qui s’offrait à elle en font, à nouveau, une virtuose. Là où Léon extirpait de grossières mélodies, Clara fait chanter au thérémine des airs profonds, mélancoliques, hypnotiques.

Lire la suite sur lesinrocks.com