[Podcast] Joséphine Baker, chanteuse, danseuse, actrice... et espionne

Clémentine Spiler
Wikimedia Commons / Walery, Polish-British, 1863-1929

Josephine Baker a grandi dans les bidonvilles de Saint-Louis, dans le Missouri. Et, dans les années 20, elle enflammera le Paris des années folles en se produisant en tant que danseuse au Théâtre des Champs-Elysées.

Vous avez peut-être en tête ces images : Josephine Baker danse devant un public majoritairement blanc, à moitié nue, avec une ceinture de bananes autour de la taille. C’est un phénomène, mais elle se verra aussi accusée de perpétuer des clichés racistes. En réalité, Josephine Baker joue de ces clichés pour atteindre la gloire. Elle sait que seule la célébrité lui offrira le porte-voix nécessaire pour faire entendre la cause antiraciste qu’elle portera toute sa vie.

>> A lire aussi : [Podcast] Jackie Shane, l’étrange disparition d’une pionnière de la soul

Résistante au nazisme 

Elle va devenir une superstar. Chanteuse puis actrice, Josephine reste dans les mémoires comme une artiste aux multiples facettes. Mais son rôle le moins connu fut peut-être celui d’espionne, qu’elle endossa en tant que résistante au nazisme, pendant la Seconde Guerre mondiale. Clémentine Spiler retrace son incroyable parcours dans un épisode du podcast “Pionnières” de Radio Nova.

>> A lire aussi : Muscu, rock et Foucault : y a pas que le Covid dans les médias