Policière tuée en Savoie: comment le principal suspect a été interpellé par la gendarmerie

Policière tuée en Savoie: comment le principal suspect a été interpellé par la gendarmerie

Après une journée de traque, les forces de l'ordre ont arrêté ce vendredi matin Gérard D., soupçonné du meurtre de son ex-conjointe à La-Croix-de-la-Rochette (Savoie). L'homme de 61 ans a été appréhendé au terme de 24h de recherches intensives ayant mobilisé "des moyens très importants", comme l'a souligné le ministre de l'Intérieur.

Jeudi, le jour des faits, l'homme et son véhicule ont été repérés sur le parking d'un temple bouddhiste situé à proximité du lieu du meurtre, sur la commune d'Arvillard, à seulement quelques kilomètres.

L'affaire étant sensible, le GIGN est alors engagé et prend le commandement d'un dispositif de recherches, comprenant un certain nombre d'unités de la gendarmerie, dont des PSIG de Chambéry (équivalent des BAC en police). Les premières recherches sur les lieux n'ont rien donné. Les forces de l'ordre ont donc suspendu l'opération durant la nuit pour la reprendre au petit matin.

C'est aux environs de 10h que le suspect est finalement sorti de la végétation où il avait passé la nuit. Il avait dormi dans un morceau de canalisation non connecté au réseau et posé en surface, à côté d’une cabane.

Selon les informations confiées par des sources proches de l'enquête à BFMTV, l'homme a été interpellé sans résister. C'est le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie qui l'a appréhendé, sous le commandement du GIGN.

"Assassinat par conjoint"

Gérard. D a dans la foulée été placé en garde à vue à la section de recherches de Chambéry. Jeudi 31 août, le même parquet avait ouvert une enquête de flagrance pour "assassinat par conjoint".

Comme l'a précédemment qualifié Gérald Darmanin, cet acte est "manifestement un féminicide". La fonctionnaire de police et mère de famille a été violemment frappée à une dizaine de reprises alors qu'elle venait de déposer l'un de ses quatre enfants à la crèche.

La victime avait porté plainte à deux reprises contre son ex-conjoint. En novembre 2020, il avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nice pour non-respect d’une ordonnance de protection", a précisé le parquet de Chambéry jeudi.

Article original publié sur BFMTV.com