Publicité

Un policier condamné à deux ans de prison ferme à Agen pour deux agressions

Un policier de 43 ans a été jugé ce mercredi pour deux agressions, dont une sexuelle. Il compte faire appel, a indiqué son avocate.

Un policier de Cahors (Lot) de 43 ans a été condamné mercredi à Agen à quatre ans de prison, dont deux ferme, pour deux agressions, dont une à caractère sexuel, a-t-on appris ce jeudi auprès des avocats. Cette peine s'accompagne d'une interdiction définitive d'exercer une profession en lien avec la sécurité ainsi que d'une interdiction pour une période de cinq ans de travailler dans la fonction publique.

Le fonctionnaire, qui fait l'objet d'un mandat de dépôt différé, va faire appel de cette décision, a-t-on appris auprès de son avocate Sandrine Fournier. "Il nie l'agression sexuelle dans sa globalité", a-t-elle précisé, au sujet des faits survenus dans la nuit du 10 au 11 juin 2021 à Cahors.

"Il est peut-être arrivé quelque chose à cette femme mais il n'y est pour rien. Elle était visiblement alcoolisée ce soir-là. Il l'a raccompagné chez elle après être intervenu pour tapage nocturne. Des témoins n'ont rien vu de répréhensible. On a retrouvé l'ADN de mon client sur ses vêtements mais également l'ADN d'une dizaine d'autres personnes ainsi que des traces de sperme de quelqu'un d'autre".

Une gifle en 2021

Le policier était également jugé pour avoir giflé un Guinéen, en attente de titre de séjour et aujourd'hui réfugié politique, lors d'un contrôle d'identité à Cahors le 31 mai 2021 en période de couvre-feu en raison de la pandémie de Covid-19.

Selon l'avocate du jeune homme, alors âgé de 24 ans, Laure O'Kelly, "il se promenait dans la rue sans attestation dérogatoire".

"Alors qu'il était à pied, il a changé de rue, il s'est enfui mais après 20 minutes de poursuite à pied, il a été rattrapé et s'est mis à genoux devant les policiers. Le policier a alors entraîné mon client dans une rue adjacente et l'a giflé. Des témoins ont entendu le bruit des gifles et mon client affirme avoir entendu des propos racistes de la part du policier", a ajouté l'avocate.

Selon Sandrine Fournier, le policier "reconnaît avoir donné une gifle" au jeune homme "parce qu'il avait peur qu'il s'enfuie après lui avoir couru après durant 20 minutes mais il nie les propos racistes, étant lui-même d'origine étrangère". Le prévenu est par ailleurs sous contrôle judiciaire concernant deux autres procédures en cours, a-t-on appris de source proche du dossier.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Hedi, victime d'un tir de LBD par un policier début juillet se dit "très déçu" après la libération du policier après 40 jours de détention provisoire