En politique comme dans le couple, les insultes ne sont jamais anodines

·2 min de lecture

Que ce soit à l’encontre des non-vaccinés ou de votre conjoint.e qui vous exaspère, les insultes sont souvent plus violentes qu’elles en ont l’air. Et leur banalisation dit beaucoup de notre société et nos rapports inter-humains.

« J’ai envie de les emmerder. » Une petite phrase, somme toute assez banale, mais qui fait grand bruit depuis qu’elle a été prononcée par Emmanuel Macron, dans une interview parue dans « Le Parisien » daté du 5 janvier 2022. « Ce n’est pas un juron ou une insulte à proprement parler, rectifie Laetitia Abad-Estieu, sémiologue et autrice de la page Instagram @cestquoicetteinsulte. Mais il a été vulgaire. C’est-à-dire, étymologiquement, qu’il a parlé comme tout le monde, avec des mots communs. » Et c’est peut-être là le plus interpellant : qu’un chef d’État se permette ce genre de sortie dans une interview, donc un cadre institutionnel, souligne à quel point les insultes sont devenues banales dans notre société. « On dit tous des insultes. À tel point que souvent, on ne se rend plus compte de leur portée et de ce qu’elles veulent vraiment dire. » 

À lire aussi >> Les insultes, un marqueur pour décoder notre époque

« Les insultes sont la partie visible d’un système de violence » 

Et c’est là que le bât blesse. Sur son compte Instagram, Laetitia Abad-Estieu décrypte justement l’origine des insultes et noms d’oiseaux que nous utilisons sans même savoir ce qu’ils signifient. « Une insulte n’est jamais anodine, souligne l’experte. Puisque l’on cherche à blesser, ça implique que les mots que l’on choisit sont dégradants, ou jugés comme tels. Les insultes sont la partie visible d’un système de violence et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles