Pollution : un risque accru de cancer du poumon avec le carbone-suie

·1 min de lecture

Les chercheurs de l'Inserm, de l’université de Rennes 1 et de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) se sont intéressés à l'un des composants des particules fines, le carbone suie (black carbon en anglais) et à ses effets sur la santé. Leur étude suggère que plus les niveaux d’exposition au carbone suie au domicile est élevé, plus le risque de cancer du poumon est accru. Les résultats de leurs travaux portant sur les 200 000 participants de la cohorte Gazel, mise en place par l'Inserm, montrent ainsi que les personnes les plus exposées au carbone suie depuis 1989 présentent un sur-risque de cancer en général d’environ 20% par rapport aux personnes les moins exposées. Ce sur-risque est de 30 % en ce qui concerne le cancer du poumon.

"Ce composé pourrait donc en partie expliquer les effets carcinogènes de la pollution de l'air" soulignent les scientifiques.

Comment se protéger du carbone-suie ?

"Au niveau individuel, il est difficile de recommander des mesures qui peuvent être prises pour limiter l’exposition au carbone suie des particules de l’air ambiant" expliquent les chercheurs. "Néanmoins, il est possible d’ajuster les politiques publiques si l’on arrive à montrer quels sont les polluants les plus nocifs dans la pollution de l’air. Par exemple en prenant des mesures spécifiques contre le carbone suie qui vient principalement du trafic automobile", souligne Bénédicte Jacquemin, dernière auteure de l’étude.

En 2013, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Coronavirus : les complémentaires santé et les assurances s'engagent à rembourser les consultations chez le psychologue
Témoignage : "L'endométriose m'a volé 18 ans de ma vie"
Comment travailler son équilibre (et participer à Koh-Lanta)
Gingivite et parodontite, êtes-vous à risque ? Faites le test
Forte consommation de somnifères depuis le début du Covid-19