Pologne: la colère gronde et les manifestantes bloquent le pays après la quasi-interdiction de l'IVG

Amandine Seguin
·1 min de lecture

La colère des Polonaises ne s’essouffle pas depuis cinq jours. Elles paralysent les grandes villes du pays pour exprimer leur vif désaccord après cette importante restriction de leurs droits.

Rien ne les fera taire, ni les restrictions liées à la crise sanitaire, ni la répression policière. Depuis jeudi dernier, date à laquelle le tribunal constitutionnel polonais a rendu un arrêt qui rend inconstitutionnel les avortements en cas de « malformation grave du fœtus » ou « maladie incurable ou potentiellement mortelle », les manifestantes ont envahi les rues polonaises.

ABACA_746013_018
ABACA_746013_018

Ce jugement rend quasi impossible d’avorter légalement en Pologne. Conformément au souhait du parti ultracatholique nationaliste au pouvoir, Droit et justice (PiS), l’avortement ne sera autorisé qu’en cas de danger de mort pour la femme enceinte et de grossesse résultant d’un viol ou d’un inceste.

LIRE AUSSI >> Avortement : la guerre est déclarée ?

ABACA_746013_019
ABACA_746013_019

Masque sur le visage et pancarte en mains, sur lesquelles on peut lire « L’Enfer des femmes », « Vous avez du sang sur vos mains », « Nous voulons avoir le choix », ou « C’est la guerre ! », les manifestantes visent des points stratégiques des villes comme des grands axes routiers ou rond-point pour créer des embouteillages et in fine paralyser le trafic.

200 000 IVG illégaux ou à l’étranger

Le nombre d’avortements réalisés en Pologne est actuellement estimé à moins de 2000 par an. Cette possibilité d’avorter en cas de malformation du fœtus représentait une grande partie de ces IVG. Les associations féministes craignent que comme à chaque fois que ce droit est bafoué, les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi