Port du masque : le coup de gueule de l’Académie de Médecine

Distanciation sociale, lavage régulier des mains, port du masque… Le déconfinement qui a débuté ce lundi 11 mai en France, doit être accompagné, comme l’ont rappelé le gouvernement et les spécialistes, de mesures d’hygiène afin de réduire les risques de propagation du virus.

Si tout le monde n’est pas d’accord sur la manière qu’a eu le gouvernement actuel de gérer cette crise sanitaire sans précédent, l’Académie de Médecine dénonce aujourd’hui une grande incohérence dans la communication pour se protéger du virus Covid-19.

Ainsi, Yves Buisson, Président du Groupe Covid-19 de l’Académie Nationale de Médecine, a dénoncé au micro de CNews ces incohérences de communication pour faire face à la circulation du virus : "La communication, notamment les règles de prévention pour la transmission du virus n’ont pas été très bien comprises, car elles n’ont pas été très bien expliquées", déplore-t-il.

Distanciation physique et port de masque : qu’est-ce qui est prioritaire ?

Pour se protéger du virus, le spécialiste rappelle qu’il y a deux mesures très importantes à respecter : non seulement la distanciation sociale dès que l’on est à l’extérieur de chez soi (dans les transports, dans les magasins, dans la rue…), mais également le port du masque systématique.

Pourtant, ce réflexe d’hygiène n’a pas toujours été en première ligne des recommandations du gouvernement, qui assurait même il y a encore quelques semaines, que porter un masque n’était nécessaire que lorsque l’on travaillait dans le milieu médical…

"On a dit l’essentiel, c’est la distanciation physique, le port du masque, c’est une mesure complémentaire, alors qu’il faut comprendre exactement le contraire !", s’agace Yves Buisson.

"Le port du masque, c’est la mesure de base, qui doit être permanente dès que l’on sort de chez soi, puisque la distanciation physique, on ne peut pas la respecter partout, à commencer par le métro, le bus, ou dans certains magasins…", ajoute-t-il.

Il qualifie cette situation de "cafouillage de la communication

(...) Cliquez ici pour voir la suite