Port du masque obligatoire dès 6 ans : 7 conseils d'experts pour faire porter cette protection à un enfant

·2 min de lecture

On le sait : le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics, qu'ils soient clos ou à l'extérieur. Jusqu'à présent, les autorités avaient jugé bon de ne pas étendre ces recommandations aux jeunes enfants, à cause des risques de mésusages mais aussi du danger qu’il peut représenter pour eux : chez les plus petits, le masque est associé à un risque d’étouffement. Face à le violence de la deuxième vague qui frappe actuellement la France, le gouvernement a finalement décidé d'imposer le port du masque aux élèves des écoles de primaire à partir de 6 ans. Problème : certains enfants ont du mal à supporter ce dispositif. Alors, comment faire porter un masque à un enfant ?

La clé pour que les enfants suivent les règles établies par leurs parents ? La pédagogie. Rien ne sert d’imposer si l’on explique pas au préalable. Les adultes doivent donc exposer aux enfants les raisons pour lesquelles le port du masque est obligatoire, et dans quelles circonstances. "Il faut d’abord réexpliquer aux enfants ce qu’est le coronavirus, en précisant qu’il peut se transmettre lorsque quelqu’un tousse, éternue ou postillonne en parlant. Il faut ensuite leur dire que c'est pour cela qu'il est parfois nécessaire de mettre une 'barrière' sur son nez et sa bouche : c’est le rôle du masque", explique le Dr Agnès Pargade, pédopsychiatre.

Il existe également des outils pour favoriser la compréhension des enfants, comme le suggère le Dr Pierre Parneix. Il recommande le site CocoVirus.net, qui propose des bandes dessinées pédagogiques sur le coronavirus, et notamment sur le port du masque. Autre idée : "Les parents peuvent expliquer à quoi sert ce dispositif de protection tout en proposant aux enfants de faire porter un masque à leur peluche préférée, afin qu’il aient envie de faire de même", ajoute-t-il.

En dessous de 11 ans, ce dispositif peut ainsi être proposé aux enfants "en âge de l'accepter et d'en respecter les règles d'utilisation", peut-on lire sur le site du ministère de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite