Porter du rouge à lèvres, un signe que l’on est sexuellement disponible ?

·2 min de lecture

Édifiant. Porter du rouge à lèvres indique que l’on est sexuellement disponible pour près d’un Français sur 10. Pour autant, ne pas se maquiller est perçu comme du laisser-aller par les plus de 65 ans. Une injonction sociale selon laquelle il faudrait donc lever le pinceau… mais pas trop !

Les Françaises se maquillent deux fois moins qu'il y a 3 ans. En 2017, 42 % des femmes utilisaient se fardaient quotidiennement, aujourd'hui elles ne sont plus que 21 %. Un phénomène du « no make-up » qui touche encore davantage les moins de 30 ans : elles sont 53 % à moins se maquiller qu'avant la crise. Un choix motivé, chez les jeunes, par le désir d'améliorer la qualité de sa peau (50 %) et d'arborer un visage naturel dépourvu de produits chimiques (48 %).

Maquiller ses lèvres, un indice de disponibilité sexuelle

Une tendance au naturel et à l’acceptation de soi bienvenue. Mais celles qui se maquillent « trop » - selon le point de vue de ceux qui les regardent – peuvent faire les frais de pressions sociales. Près de 4 Français sur 10 (38 % des hommes et 35 % des femmes) catégorisent celles qui sont très apprêtées comme superficielles. Pire, 9 % des messieurs et 7 % des dames estiment qu'une femme qui porte du rouge à lèvres indique, par ce biais, qu'elle est sexuellement disponible.

Lever le pinceau… mais pas trop !

A contrario, le fait de ne pas utiliser de make-up est vu comme du laisser-aller par 45 % des femmes de plus de 65 ans, 44 % de celles qui ont un niveau d'étude inférieur au bac et 42 % qui habitent dans l'agglomération parisienne. Une pression que l'on retrouve particulièrement au travail : deux femmes sur trois...

Lire la suite sur Femina.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles