Post-partum. Une maman témoigne de sa psychose puerpérale : « J'étais convaincue que, si je posais mon bébé, il allait mourir »

La psychose puerpérale est un trouble bien différent du baby-blues ou de la dépression post-partum. Il s'agit d'un trouble psychiatrique grave, qui survient le plus souvent dans la semaine qui suit l'accouchement et qui se caractérise par un état de confusion et de délire pouvant mettre en danger la mère, mais aussi son enfant. Emily Whalley, 32 ans, maman britannique de deux garçons, âgés de 6 et 3 ans, en a souffert pendant plusieurs années. Aujourd'hui, elle témoigne dans le Daily Mail, afin de mieux faire connaître ce sujet.

Manque de sommeil et hallucinations

Emily Whalley indique être tombée enceinte de son premier enfant à l'âge de 24 ans. Une grossesse qui l'emplissait de joie et qui s'est parfaitement déroulée. Mais les choses se compliquent lorsqu'elle dépasse le terme de deux semaines. Des examens révèlent qu'il y a du méconium dans le liquide amniotique, ce qui peut créer des difficultés à respirer pour le fœtus, qu'il a des niveaux d'oxygène bas et qu'il est en détresse.

Son accouchement est donc déclenché et Emily donne naissance à un petit Arthur, par césarienne. « J'étais maman pour la première fois et j'étais très vulnérable. C'était très traumatique. Nous sommes sortis de la maternité au bout de cinq jours et, pendant cette période, j'avais dormi environ 4 heures. J'étais anxieuse et traumatisée. J'essayais désespérément d'allaiter, mais je n'y arrivais pas », raconte-t-elle.

Les jours qui...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles