Médecine esthétique : quels hommes osent?

Injections, épilations, traitements de la peau, des rides… la médecine esthétique n’est pas réservée aux femmes. De plus en plus d’hommes y ont recours, et pas toujours ceux que l’on croit… ni pour les prestations auxquelles on pense. Décryptage de cette tendance avec le Dr Catherine de Goursac, auteure de L’Esthétique au Masculin (éd. Ellébore).

Tendance réelle ou fantasmée ?

On a tendance à imaginer que tout comme la démocratisation des produits cosmétiques pour hommes, les actes de médecine esthétique doivent sans doute séduire de plus en plus d’hommes, mais qu’en est-il dans la réalité ? Y a-t-il un vrai boom ? «  Oui, il y a un vrai boom, et plus ils sont jeunes plus ils sont demandeurs. Entre 20 et 35 ans, ils n’ont aucun complexe à venir : pour eux “ça existe donc pourquoi pas moi” » explique le docteur de Goursac. En revanche, pour les hommes, il s’agit peut-être moins de plaire et de rester séduisant, que de ne pas avoir l’air fatigué, ce qui serait synonyme de faiblesse… « Les hommes aujourd’hui doivent être sexy et soignés, en restant virils, et afficher force et jeunesse en toute circonstance. Ceux qui travaillent beaucoup n’ont paradoxalement pas le droit d’avoir l’air crevé. La pression est donc sociale et personnelle. Quand ils se décident, ils veulent un traitement rapide. » détaille le Docteur. Le jeunisme et la compétitivité au physique ne sont donc pas réservés aux femmes… « Parfois ils viennent envoyés par leur femme mais ça c’est pour les plus de la quarantaine ; le plus souvent ils viennent d’eux même ou parce qu’ils ont eu une réflexion qui leur a déplu, mais le déclic vient souvent de la sphère professionnelle » finit Catherine de Goursac.

Qui sont-ils ?

On pourrait croire que les métrosexuels et les homosexuels seraient les plus grands consommateurs de prestations de médecine esthétique, et bien détrompez-vous ! « Les gays étaient une majorité… il y a dix ans ! Aujourd’hui, ils représentent moins de 50% de ma patientèle masculine. » confie le Docteur de Goursac. « J’ai plus d’hétérosexuels : des hommes bien dans leur temps, avec des carrières et des responsabilités mais qui passent beaucoup de temps dans la salle de bain à s’occuper d’eux.» continue-t-elle. « Finalement, il s’agit surtout de ceux dont le look est essentiel : des études ont montré qu’une « bonne présentation » augmentait de plus de 15% un salaire, ils l’ont intégré. Cela concerne également ceux qui travaillent avec du public ou bien qui évoluent dans un milieu jeune. » explique-t-elle. La question de l’âge est ainsi surprenante : la majorité des patients sont soit plutôt jeunes, car ils osent, ou ont passé la quarantaine. « Entre 20 et 35 ans, ils anticipent, ils veulent être parfaits, propres, frais. Ensuite, les 40-50 ans viennent pour effacer les marques de fatigue dues à leur vie hyper active ou les tâches, pour les + de 50 ans. »

Que font-ils ?

Pour les femmes, on pense tout de suite aux injections d’acide hyaluronique ou de toxine botulique, mais la ride n’est pas la préoccupation première de ces messieurs. Pour eux l’âge peut être visible s’il reste viril et séduisant. « Les hommes ne veulent plus d’une image brouillon, négligée. Il faut faire place nette du dos aux oreilles. Indéniablement les poils est une de leur demande première, suivie par les cheveux. » a constaté le Docteur de Goursac. Un complexe vite réglé mais encore faut-ils que les hommes sachent que c’est possible : souvent ils subissent ce qui est pour eux un problème honteux (poils sur le nez, les pommettes…) sans savoir qu’il est possible de le régler vite et définitivement, grâce au laser par exemple. Et les rides ? « Pour ce qui est du visage à proprement parler, ce qu’ils veulent effacer sont plus les signes de fatigue que de l’âge. Ils veulent se débarrasser des cernes en priorité, puis des rides du lion (entre les sourcils) qui donnent l’air angoissé, et des joues, ainsi que de leurs bajoues : un relâchement qui donne une image molle qu’ils détestent » Mais en médecine esthétique, on tente aussi de gérer les courbes (trop) généreuses: des machines à ultra sons tentent de neutraliser la culotte de cheval de ces dames, mais les hommes, eux, son ils intéressés par la minceur ? « Oui, parfois. Ils sont alors fixés sur les poignées d’amour car elles donnent l’image de quelqu’un qui ne se maîtrise pas dans son alimentation, comme le ventre. »

Comme quoi, pour eux aussi, tout est toujours question d’image…

Quelques infos sur ce que la médecine esthétique peut faire pour les hommes :

- Enlever les tâches de vieillesse au laser. Une séance de 15 minutes suffit pour le visage, à refaire tous les 2-3 ans.

- Eliminer les poils : l’épilation au laser permet de se débarrasser des poils des oreilles et du nez définitivement, mais aussi de redessiner la barbe en enlevant les poils des pommettes, des contours, du cou…ainsi que diminuer des poils du dos et des épaules.

- Réduire la couperose avec le laser vasculaire Yag qui coagule les vaisseaux, ensuite dégradés et éliminés naturellement par l’organisme en environ 2 mois. Compter 2 séances à 2 mois d’intervalle à refaire tous les 3 à 5 ans.

- Réduire les poignées d’amour avec la cryolipolyse qui fait fondre les cellules graisseuses par le froid et les ultrasons qui chauffent les cellules, accélèrent le métabolisme et retendent la peau.

- Diminuer les rides et cernes, comblées par une injection d’acide hyaluronique léger en une séance.

- Freiner la perte des cheveux et les étoffer avec la prescription de médicaments ou des injections locales de vitamines et minéraux stimulants par petites piqûres sur la zone (mésothérapie) ou plutôt avec la carboxythérapie qui va doper à l’oxygène le bulbe des cheveux.

- Atténuer les cicatrices d’acné grâce au laser CO2 fractionné, un laser à l’action abrasive point par point pour une amélioration visible du relief et des irrégularités.