Pourquoi les célébrations de la tenniswoman Sara Bejlek avec son père dérangent tant

Alamy
Alamy

Parfois, la qualité d'une compétition sportive est éclipsée par une séquence extérieure aux aptitudes et exploits. C'est ce que l'on a pu précisément observer lors de l'actuel US Open, dans le cadre d'un match opposant la tenniswoman tchèque Sara Bejlek à la joueuse britannique Heather Watson. La championne de seize ans seulement a effectivement célébré son jeu avec son père, Jaroslav Bejlek. Mais d'une curieuse manière.

Accolade, baiser, "tapotes" sur les fesses de façon répétée... Les gestes privilégiés n'ont pas échappé aux spectateurs et aux internautes - ces images ayant été largement diffusés sur les réseaux sociaux et par les médias sportifs. Des attitudes pour le moins "déplacées" qui ont fait grincer des dents.

D'aucuns emploient un terme précis afin de désigner cette célébration : "malsain".

Des images qui ont beaucoup fait réagir

Des gestes considérés par une bonne partie de l'opinion comme "au-delà de l'inapproprié", relève The Independent. "Il n'y a absolument aucune raison de toucher les fesses d'une fille de 16 ans comme ça", "C'est plus qu'inapproprié. Au fur et à mesure que la vidéo progresse, c'est de pire en pire", ont commenté certains.

D'autres internautes cependant ont contesté, relève le média sportif Tennis World : "Note à ceux qui en ont besoin : il est tout à fait normal d'étreindre quelqu'un et de garder vos bras/mains sur la zone de ses épaules", "Parfaitement normal dans certaines cultures et certains...

Lire la suite


À lire aussi

Ces pères nous confient pourquoi ils attendaient l'allongement du congé paternité
Pourquoi "Emmanuelle" a tant marqué la vie (sexuelle) des femmes
Pourquoi Greta Thunberg fait-elle tant rager les réacs ?