Voici pourquoi certaines femmes ont décidé de moins se laver les cheveux depuis la crise sanitaire. Et ce n'est pas pour gagner du temps !

E.R.
·2 min de lecture

27 % des femmes de 18-24 ans se lavent moins souvent les cheveux depuis la pandémie. Une volonté de diminuer les shampooings qui n’est pas – du tout – motivée par le désir de gagner du temps, selon une étude réalisée par l’Ifop pour Unbottled*.

La crise sanitaire a un impact considérable sur l'hygiène des Français. Alors qu'en février 2020, près de 8 personnes sur 10 procédaient à une toilette complète (corps et visage) chaque jour, ils ne sont désormais plus que 63 % à se laver quotidiennement. Un phénomène qui touche davantage les hommes (71 % vs 59 %) mais qui n'épargne pas non plus les femmes (81 % vs 67 %). En moyenne, un quart des Français ne se douche désormais plus que 2 fois par semaine (30 % des hommes et 24 % des femmes). Et côté capillaire, plus d'une femme sur 10 a décidé de moins se laver les cheveux.

A découvrir également : Hygiène : qui sont les 24 % de Français qui ne se lavent pas tous les jours ?

Pourquoi se laver moins souvent les cheveux ? Les 11 motivations des femmes

Si, en moyenne, seules 11 % des Françaises ont réduit la fréquence de leurs shampooings, la proportion grimpe à 27 % chez les femmes de 18 à 24 ans et à 20 % chez les 25-34 ans (pour chuter à 4 % des plus de 65 ans). Et parmi celles qui ont décidé de moins se laver les cheveux, la volonté d'économiser de l'argent et du temps ne se placent respectivement qu'en avant-dernière et dernière positions de leurs motivations. Ce sont en fait des raisons esthétiques qui tiennent le haut du classement. Ainsi, la moitié des femmes qui se lavent moins les cheveux le font pour améliorer leur qualité, 45 % pour qu'ils soient moins gras et 40 % afin qu'ils soient plus forts. Découvrez le top...

Lire la suite sur Femina.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

A lire aussi